Mon démon par Rodrigo Hernandez

NDLR : Terreur Académie, encore ! Émotions, trahisons pis éjaculations dans le jacuzzi sont à prévoir ! Encouragez ou vargez dins candidats, pis notez, commentez et partagez leurs textes… dans 3, 2, 1, GO ! 

Mon démon

par Rodrigo Hernandez

À chaque fois que j’y pense, je me dis : « Attend, non, le racisme, c’est de la pure bullshit. ». Je ne peux juste pas y croire. Pourtant depuis ce sombre jour, je regarde les gens d’un autre œil. J’ai toujours cru en l’égalité, mais asteure, la peau devient symbole.

Retournons dans un hiver froid bien québécois, celui de l’année passée. J’étais dans l’autobus, un soir de semaine, 18h00 pile. J’écoutais ma musique comme toujours sans faire de tort à personne. Tout ce que je voulais, c’était de me rendre au métro pour rejoindre mes amis d’Infinite Moksha (R.I.P.). Pendant, 20 minutes, tout est calme. Les gens entrent et sortent de l’autobus. Tout est ti-guidou. Puis une gang de rappeurs à en devenir s’en viennent avec leurs têtes bien hautes comme s’ils voulaient prouver à tout le monde qu’ils étaient les meilleurs ou de quoi. C’est correct, étant étudiant d’une école secondaire publique, je me suis bien habitué à cette attitude-là, donc je les ignore et je me re-concentre sur ma musique. Ils marchent jusqu’au fond de l’autobus, puisque c’est la place la plus ghetto du bus. Le temps passe. Puis, je les entends. Il semble y avoir du remue ménage. Je me retourne et je les vois s’en prendre à un ti-gars de 16 ans. Un vrai petit ange, aussi innocent que le dude  aux lunettes de Big Bang theory. Ils le menacent, lui crient dessus, le frappent. Pourtant personne ne réagit, le monde le voit en train de se faire massacrer mais il a peur de s’affronter aux brutes. Aucun n’a le courage d’intervenir. On essaie de croire que c’est juste un petit malentendu, que la chicane va bientôt arrêter. Cependant, le pire est à venir. Après 10 minutes de bataille, un grand noir s’installe à côté de lui, et lui dit : « Yo, you better shut the fuck up, know what I’m sayin’. Shut the fuck up! ». La victime lui répond qu’il n’a absolument rien fait, qu’il ne voit pas pourquoi tant de violence, il semble terriblement déboussolé. Puis un grand silence arrive dans le bus. Je vois dans les yeux du petit gars qu’il se repasse les scènes de violence sans arrêt. Tout le monde pogne un down mais il pense à revenir à sa petite vie comme s’il n’avait rien vu. Pourtant, moi, je fus choqué. Comment ça se fait qu’il y a du monde qui se comporte comme cela? Pourquoi? Est-ce que ça valu la peine ? C’est dégueulasse. Milles questions plus tard, je rejoins finalement les gars d’Infinite Moksha. J’oublie pour quelques instants le drame de la 26. On s’amuse, on parle sérieusement de musique. On se dit au revoir pis je retourne chez moi. La nuit, je repense encore à la scène. Si seulement j’aurais pus faire de quoi.

Le lendemain, je retourne à l’école et chaque « non-Québécois », m’inspire moins confiance. J’y repense pis je me dis que ça n’a aucun bon sens, Le monde est égal, il n’y a pas de meilleurs êtres humains ou de pires. Malheureusement, plus le temps passe, plus je me demande si ils sont tous comme ça… cette idée me hante continuellement.

Cette haine non-fondée était inimaginable. Alors j’en parle avec un de mes amis de longues dates qui lui aussi avaient eu des problèmes avec d’autre « gens ». Il me répond que c’est exactement ça qu’il se sent, il reste avec cette conviction. J’essaie pourtant de lui convaincre que ce n’est pas ça la réalité, qu’il y a un enjeu plus grave en discriminant les gens, mais il ne change pas d’idée. Comme cela ne m’aide pas vraiment, je vais voir ailleurs. Un jour, je découvre le formidable film American History X, ça m’inspire à voir les choses de façon plus objectif mais aussi à être plus positif et à être plus confiant aux autres qui savent comment me faire du bien. La cause de l’acte fut la mentalité des jeunes. Je fais des recherches, je regarde à nouveau le comportement des jeunes. Je suis content du résultat. J’ai réussi à me sortir de l’ignorance. Pourtant, le plus gros reste à faire. Comment éradiquer cette mentalité qui engendre des comportements comme cela? J’y pense, pendant au moins un mois, pis je retourne à ma petite vie comme un lâche. C’est un peu dur changer le monde.

Des saisons passent, pis la réalité me retombent dessus. La génération Y et même celle d’avant commencent sérieusement à me taper sur les nerfs. Tu sais, dans la vie, il faut être lucide et ne pas ingurgiter n’importe quoi, ça fait mal au cerveau. Je sens une énorme régression de la part des gens en général. Le peuple se concentre encore sur des biens matériels. Leurs buts dans la vie, c’est d’être le plus cool possible. C’est-à-dire d’être le plus pathétique possible en se conformant à la masse.  Mais bon, je pense que ça fait des centaines d’années que cette mentalité existe pis que ça ne changera pas d’aussi tôt. Asteure que j’ai fini ma critique sociale, je peux en revenir avec mon histoire. Durant la pause, à ma job,  je discute avec Babacar un noir très intelligent, de la situation actuelle qui s’aggrave de façon sociale, culturelle et même économique. Il me répond : « ah, tu sais, c’est normal que des empires se pètent la gueule à un moment donné. Tu peux regarder à travers les âges, on avait l’empire maya, romaine, grec. Aujourd’hui ils ont tous tombés, Il ne reste plus que les states à tomber, as-tu vu les manifestations au Wall Street? Le peuple demande du changement face aux politiques des taxes qui viennent directement d’une mentalité républicaine. C’est le commencement d’une révolution. Un nouvel empire va arriver et on changera. Tu peux regarder la chine ou le brésil qui commence à monter très doucement. ». À la suite de ces observations, j’arrivai à une conclusion un peu naïve. Si on va changer économiquement, On changera sûrement avec une nouvelle mentalité. Peut être que cette ère de déception va tirer à sa fin. Je trouvai espoir. Même si ça semble un peu le chaos autour du monde, il suffit d’une étincelle pour changer le monde. Un nouvel ordre va arriver pour le meilleur et pour le pire. Je pense que finalement,  je me suis débarrassé de mon vieux démon.

Le kid, c’était moi.

Publicités
Comments
9 Responses to “Mon démon par Rodrigo Hernandez”
  1. Ed.Hardcore dit :

    « C’est un peu dur changer le monde. » Ça, j’aime ça.

  2. Le Mercenaire dit :

    Dans le registre des passes louches, celle du « noir très intelligent » est excellente aussi.
    C’est important de bien se relire. Ça permet d’éliminer certaines maladresses qui, interprétées de certaines façons, nous font dire des trucs qu’on ne voulait pas dire. Ce genre de précision annule tout l’argumentaire que tu tentes avec beaucoup de peine (et d’amateurisme) de nous construire. Avec ce petit bout de phrase, tu participes aux préjugés que tu essaies de dénoncer. Préciser que ton ami est noir ET très intelligent pourrait faire croire à certains lecteurs que tu penses que la combinaison des deux est surprenante.
    Aussi, de dire qu’on est après régresser présuppose qu’on a véritablement fait des progrès, qu’il y a une échelle du progrès et que des certaines personnes ou certains groupes sont en retards par rapport à d’autres. Ce genre de raisonnement, quand on le place à une autre échelle, a justifié toutes les entreprises de colonisations qui ont débouchés sur le massacre de populations ou sur l’acculturation violente de nombreuses communautés. Et je vois mal comment on pourrait régresser société quand une phrase plus loin, tu affirmes que tout à toujours été sensiblement pareil.
    J’arrête ça-là. Je ne parlerais pas davantage du fond de ton texte, parce que je vais sombrer dans le carnage critique, mais je tiens à te dire qu’il est une coche plus facile à suivre, que tu l’as une coche mieux construit que ton premier effort.
    Un petit conseil : ne fonde pas de critique sociale sur des observations que n’importe qui peut faire. Ça n’a rien d’original et tu vas sensiblement répéter quelque chose qui rejoint le gros bon sens, chose qui ne suscite aucune réflexion et qui s’apparente davantage à la soupe chaude qu’au coup d’éclat.

    • Pistov dit :

      Je trouve que c’est plutôt l’inverse qui est souhaité.  »Noir et intelligent » est un ratrappage par rapport à  »la peau devient symbol ».

      Parler de racisme aujourd’hui alors qu’il est pratiquement interdit de prétendre que les russes sont majoritairement alcooliques et que les arabes machistes, ca devient presque gênant de poser des question. J’ai bien aimé ce texte.

       »Et je vois mal comment on pourrait régresser société quand une phrase plus loin, tu affirmes que tout à toujours été sensiblement pareil. »

      ????

      • Le Mercenaire dit :

        Il n’est pas interdit de rien prétendre. Ça dépend de l’intelligence des propos. Malheureusement, la plupart de ceux qui s’aventurent dans ces zones sont assez démagogues merci. Dire que les arabes sont machistes ou les Russes alcooliques, c’est justement le genre de généralisation qui infirme toute réflexion intelligente sur le propos.

        Pis pour tes quatre points d’interrogation :

        « Je sens une énorme régression de la part des gens en général. »
        2 phrases plus loin…
        « Mais bon, je pense que ça fait des centaines d’années que cette mentalité existe pis que ça ne changera pas d’aussi tôt.  »

        Dans le texte, c’est vrai qu’il est pas mal bancal, Hernandez critique ses contemporains. On comprend donc, peut-être à tord, vu que c’est pas super bien conduit comme argumentation, que la régression, il la sent chez eux. Donc c’est une régression récente. Ensuite, il dit que les choses sont semblables (donc régressées) depuis des centaines d’années. C’est tu moi ou c’est contradictoire?

        Après ça je me demande pourquoi les gens tripent sur Martineau.

        • Pistov dit :

           »Le lendemain, je retourne à l’école et chaque « non-Québécois », m’inspire moins confiance. J’y repense pis je me dis que ça n’a aucun bon sens,… »

          La généralité et le racisme sont étroitement lié et c’est le point départ de la réflexion de l’auteur. C’est ce que j’ai lu.

          • Le Mercenaire dit :

            Réflexion plutôt brouillon et sans originalité. C’est ce que j’ai lu.
            Car oui, j’ai lu le texte : même si tu me le cites au complet, je ne vais pas en tirer une lecture différente.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :