Les suggestions cinématographiques de Canette Anger. 1

Canette était supposée aller au lancement de Fermaille à l’Île Noire mais elle a pas eu le temps. Elle a recommencé à travailler des poèmes. Puis, elle a reconnecté avec la tivi. (On était en beef elle et moi depuis l’épisode de « Tout le monde en parle » d’hier.) Vous-savez-pourquoi. Ça fait du bien d’être sage des fois. T’es en grève, t’as plein de temps pour être sage. Programme ces trois films dans ton agenda rouge pour les choses urgentes.

Life During Wartime (Todd Solondz, 2009)

Si tu connais pas Todd Solondz, bouge ton cul jusqu’au club vidéo de répertoire le plus près de chez toi, sors tes pièces d’identité, laisse Todd te la remettre en question bien comme il faut. Tu peux pas être mon ami si tu connais pas Todd Solondz. L’astrologie celtique a pas de besoin de te le dire. J’étais avec Francis et Isabelle lorsque j’ai loué ce beau film. Ben oui, Canette elle peut pas avoir de compte au club vidéo parce qu’elle a pas assez d’identité et de confirmation géographique pour obtenir ce qu’elle désire. Elle peut travailler dans tous les bars de tounues qu’elle souhaite salir, mais louer des films, ça non. Où es-tu justice? Alors, je suis au Vidéotron sur St-Lau pas trop loin de Mont-Royal avec Francis qui a déjà travaillé là et sa belle blonde Isabelle. Ce film est genre un des seuls avec le troisième de la liste qu’on peut trouver dans un Vidéotron, mais assures toi bien d’être sur le plateau. (Tend l’oreille, cherche l’accent français, si tu sens la frigidité des nounes ambiantes, tu es à la bonne place.)

Le commis qui reconnaissait Francis pour avoir travaillé avec lui nous affirma que nous allions être déçus. « C’est pas son meilleur. » Dans son regard, des points de suspension. Sérieux. Je lui ferais un rant pas croyable à ce petit commis des mortels. Aujourd’hui, sa vie serait de la marde par ma faute. Canette Angry en criss. Écoutez pas le monsieur. Life During Wartime, c’est la fucking continuité de Happiness, film culte de Todd. Pis c’est ma-la-de. J’avais pu de gueule tellement elle était à terre. Y’a des fantômes, ça traite encore une fois de pédophilie avec une fluidité inquiétante. Tu vas vivre des émotions! Un spectrum glow in the dark. Tu vas pas dormir tout de suite. Tu vas pas manger de popcorn pendant. Non. Tu vas jouer avec d’une main distraite. T’oseras jamais mettre un grain de popcorn dans ta bouche en regardant du monde te parler d’avoir mis leur pénis dans la bouche de petits garçons. T’es pas flyé à ce point-là. Tu ferais pas ça à Ti-Brin. T’es pur. Ce film-là suit la vie des personnages de Happiness après l’arrestation du père. Tu vas rire, tu vas pleurer. Pis tu vas commenter cette note avec beaucoup de points d’exclamation.

Daisies (Vera Chytilová, 1966)

Vera a surement un cocktail de prédilection qui comprend autant de liquides que de solides pis c’est bien correct de même. Pis son nom de famille, lorsque lu par nous maigres québécois dans notre belle nation bilingue, ça semble incroyablement à « shitty lover ». Pis on aime ça. Parce que toutes les occasions de dire « shit » sont bonnes et aussi parce que ça nous rappelle la belle chanson d’Otario : Lazy Lover. Donc oui, on dit que ce film s’inscrit dans le mouvement féministe. Mais c’est tellement pas un film qui te fait des gros yeux. C’est un film de folles dans plotte. Crisse oui. Ce film te dit que ta noune, c’est un papillon pis que tes tetons le sont aussi. Si c’est ça un film féministe, eh bien j’écris des poèmes féministes tiens. Symétrie. Il y a tellement de scènes de scrapbooking humain avec relation à la nourriture profondément weird avec des petits flashs de positions lufoques sur le lit.  Des découpes de morceaux de leur corps à venir éternam. Tu peux te poser des grosses questions si tu veux. Mais tu peux aussi l’écouter bien intoxiqué en flattant un lapin. Tu peux donc écouter ce film deux fois. Tu peux écouter tous ces films deux fois, Canette te suggère pas n’importe quoi. Mais disons que celui-là, il a de besoin de la mention. Oui. Parce que si on pouvait mettre un film en fond d’écran, je mettrais assurément celui-ci par défaut.

C’est l’histoire de deux filles qui s’appellent Marie et qui font leur tannantes. Ma scène préférée : les deux jeunes femmes entrent dans une pièce parée pour un banquet avec une table infinie recouverte de mets gastronomiques et de bouteilles prétentieuses et vierges. Le lustre devient une balançoire. Parade de mode avec talons hauts destructeurs de couverts. Les souliers ressemblent à ceux que j’ai acheté en revenant de Fermont. Écoute le film et donne moi une occasion de les porter. On va violer toutes les tables du McDo 24h de ton choix!

Drive (Nicolas Winding Refn, 2011)

T’es tanné d’entendre parler de ce film? T’es tanné de voir Ryan Gosling partout? Aye. T’as de besoin d’arrêter de fantasmer sur Woody Allen, il est pris. Ryan, il est bien flexible et disponible à toutes heures de la journée dans ma tête à moi. Je suis sur le bord de graver son nom autour du handle de mon dildo rose.

Premièrement, tu dois écouter ce film pour la trame sonore. Cliff Martinez a cooké de la petite musique cinématographique, tu as une toune de Kavinsky à écouter en boucle et une toune de Desire tellement parfaite pour déprimer en pensant à l’homme que tu aimes mais qui ne t’aime pas. Tu peux downloader la soundtrack sans avoir vu le film. Mais tu vas rien comprendre. Pis t’es tanné de rien comprendre. Alors come sway with me dans le videoclub. Deuxièmement, c’est excitant. C’est le premier film américain d’un réalisateur danois. (On va parler d’un autre danois dans la prochaine chronique. Enwaye, fais comme moi : anticipe the pain away.) Là. C’est le bout avec les balls de la chronique. Dans ce film, il y a des chars, des guns, du sang en maudit pis de la belle tension sexuelle. Pis la typo pour le titre du film au début, elle est si belle. Arrête pas de l’écouter après ça là. Je t’ai dit qu’il te fallait comprendre.

LE QUIZ MAGIQUE

Canette a écouté un de ces trois films sur la kétamine. Lequel?

Indice : Elle flattait un lapin.

Publicités
Comments
8 Responses to “Les suggestions cinématographiques de Canette Anger. 1”
  1. theodfore_wilbur_graaf dit :

    Le cinéma de Todd Solondz est presqu’uniquement basé sur la force de ses scénarios. Son scénario de « Life during wartime », malgré qu’il possède ses moments forts, n’est effectivement pas son plus inspiré. « Happiness » et même « Storytelling » sont à mon avis mieux écrits et il en résulte des films plus complets et serrés.

    « Drive » est excellent pour se familiariser avec le cinéma de Winding Refn. Pour moi son chef d’oeuvre ultime à ce jour demeure « Valhalla Rising ». Encore plus frustrant quand on voit sur IMDB Drive côté à 8/10 et Valhalla Rising à 5.9/10. J’aime « Drive » et Refn, mais je suis un peu déçu de tous ceux qui sautent sur le train de « Drive » sans connaître le parcours et la direction du rail de Refn. On vit à une époque ou la valeur de l’art est dictée par le nombre de personne qui s’y intéresse et c’est le crime (involontaire) dont est coupable « Drive ». Coupable de plaire à un trop grand nombre.

    Merci pour la suggestion de « Daisies ». Je ne le connaissais pas et ça a attisé ma curiosité :D

    • Canette Anger dit :

      C’est vrai que les scénarios de Happiness et Storytelling étaient plus inspirés. Mon dieu que j’ai parlé et reparlé de cette scène avec l’auteure frustrée de ne pas s’être fait violer ou quelconque autre traumatisme de jeunesse pour pouvoir faire brailler son crayon du coeur direct en tête. Puis, bon moi. PALINDROMES, je vais le mettre dans une autre de mes listes. Je vais attendre que le monde ait oublier un peu. Mais dieu que ce film est bien construit. C’est de l’architecture. Peut-être que Life During Wartime est moins inspiré. Mais je trouve que c’est une sage décision que de continuer à faire évoluer des personnages de ses films passés. Tant qu’à faire des welleys dans le passé, autant le faire avec classe. T’sais, c’est comme à 46 000 lieux de Melancholia où Lars Von Trier s’est carrément planté. En ce qui a trait aux nouveaux films de réalisateurs qu’on aime aimer.

      Pour ce qui est de Drive, il faut pas en vouloir au jeune homme de s’exciter la moustache sans connaître le réalisateur pour ce qu’il a fait avant. T’sais le monde est pas tout le temps beau et lustré comme la graine rose de Ryan Gosling. On s’entend. En sortant de l’Impérial, à la première montréalaise de Enter The Void, tout le monde parlait de l’hostie de pénis géant dans l’écran. Mais pas du reste du film. Partout : pénis, pénis, le pénis. Loin de moi l’idée de dédaigner parler de pénis. You saw what I just did. Mais come on, public. Un film géant, qu’on attend depuis des mois infinis, un monstre esthétique de la sorte et ce que tu retiens c’est l’hostie de flash avec la graine. Euh.

      Dans quelques chroniques, je vais aller dans le très underground. Daisies c’est quand même culte. J’ai comme appris son existence vraiment en retard moi aussi. Par la bande. Par l’ami Francis en fait. Mais t’sais, il faut tenir le cerveau d’autrui par la main si on veut l’amener boire dans la cuvette d’Ulrich Seidl. Faut la truster la fille. Slowly but surely.

    • Le Mercenaire dit :

      Valhalla Rising est l’un de mes films favoris des 5 dernières années. Et fallait que je lise ton commentaire pour que je me dise  » Ben oui, mautadit, le réalisateur de Drive c’est le réalisateur de Valhalla Rising! » T’sais quand t’as ça sous les yeux pis tu t’en rends pas compte?

  2. Rintintin dit :

    Tu viens de me faire souvenir de Happiness. J’avais bien aimé.

  3. Intermède Imaginaire. dit :

    Trois excellent’ movies.
    À défaut d’avoir adoré le texte, y’a juste une chose qui m’accroche, un mini-détail ridicule.
    Kavinsky.
    Et non Kravinsky.

  4. Kime Ryan dit :

    Daisies: Je l’ai écouté deux fois de suite dans l’espace de 2 jours.
    Drive: même chose.
    Kavinsky = close your eyes and f+cking enjoy.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :