La métamorphose chez les insectes

Trouver un tas d’asticots sur une charogne, ça t’écoeure un peu, han? En trouver au fond de ta poubelle durant une canicule, ça t’écoeure encore plus, han? J’ose supposer que la répulsion instinctive qu’on ressent à la vue de cette masse grouillante a eu une utilité en quèque part dans notre évolution. Genre, c’est un signe que l’aliment est peut-être un peu beaucoup périmé, mettons. Mais si on passe par-dessus notre dégoût viscéral, qu’est-ce qu’on voit? Une pouponnière de mouches! Des bébés! Des dizaines, des centaines de bébés mouches! Juste d’écrire ces mots, c’pas mêlant, ça me donne envie d’en prendre un dans mes mains pour le bercer. Mais il s’en crisserait tellement. Je suis pas mal sûre qu’il en a rien à foutre de ma tendresse, que ce qu’il veut, c’est manger, se goinfrer, muer, grandir, manger,  muer, grandir, manger, effectuer sa mue pupale (les nymphes sont appelées pupes chez les diptères), rester immobile un petit moment, tel un ressort prêt à se détendre, et SFROUICH! sortir de son enveloppe afin de vivre sa vie de mouche et voler vite vite comme un superhéros mais en plus petit. Tout ça est émouvant, tu trouves pas?

Nous, les mammifères, on est plates. On sort de l’utérus tout glaireux, mini format, puis on grandit. Dans le cas de l’humain, ça prend des ANNÉES devenir adulte. Et quand on regarde un humain qui date d’à peine quelques heures, sa meute se permet déjà des commentaires du genre : « Aon, a ressemble à l’arrière-grand-père de mononc Alcide! » Chez les insectes, c’est un peu plus embêtant. Tu vois, papa coccinelle peut pas regarder les oeufs que maman coccinelle a pondu et se dire fièrement « oui, ils sont bien de moi » pas plus qu’il ne peut chercher des preuves de sa filiation en observant les larves qui émergeront de ces oeufs gluants. C’est qu’ils peuvent subir une transformation spectaculaire! Si on t’avait pas dit qu’une chenille c’est un futur papillon, avoue que tu l’aurais pas deviné tussuite.

Beaucoup d’insectes passent la majeure partie de leur vie sous forme larvaire. Et les larves, elles sont souvent méprisées. Probablement à cause de leur apparence repoussante ou de leur démarche supposément ridicule. Parce qu’on les surprend dans des postures pas très glorieuses : faire des trous dans ta laitue, grouiller dans ton sac de farine, grignoter une charogne, manger de la marde. Ça paraît mal, tsé. Sans compter que se faire traiter de larve, c’est jamais un compliment. Mais moi je propose que ça en devienne un. Ou, du moins, que ce mot ne serve plus d’insulte. Parce qu’une larve, quand on y pense bien, c’est un être qui prépare quelque chose de grand, de beau. Elle a des projets, la larve. Tu peux la trouver petite et incapable, mais un jour, oui, un jour, elle se transformera en nymphe pour finaliser son projet de vie. Et pis là, quand ce sera au point, la larve ou la nymphe va fendre pour laisser émerger l’imago, l’insecte adulte au plus fort de ses capacités. Mais comment ça se passe, au juste?

D’abord, il faut comprendre que les arthropodes sont un peu différents de nous (sans blague!). Ce que tu vois comme étant sa peau, c’est son exosquelette, et ça ne s’étire pas. L’insecte doit donc muer pour grandir, un peu comme tu enlèverais une paire de jeans trop serrée. Lors de la mue, la bebitte perd sa vieille cuticule (la couche externe de l’exosquelette) pour en former une toute neuve, adaptée à sa nouvelle taille. Une fois mature, l’insecte ne mue plus, il est pogné avec la même cuticule, comme un personnage de BD qui est toujours habillé pareil. Enfin, il y a plusieurs types de métamorphoses, les insectes ne grandissent pas tous de la même manière.  Certains insectes, comme les Orthoptera (criquets, grillons et sauterelles), les Isoptera (termites) et les Odonata (libellules et demoiselles), sont hétérométaboles. On dit que leur métamorphose est incomplète parce qu’ils n’ont pas de stade nymphal, c’est-à-dire l’état immobile qui existe entre la larve et l’imago. As-tu déjà vu un bébé criquet? C’est pareil comme papa ou maman criquet. Mais en touptit, et sans ailes complètes. La plupart des insectes sont holométaboles, ils ont une métamorphose dite complète et plus spectaculaire. Pour n’en nommer que quelques-uns, on y trouve les hyménoptères (abeilles, guêpes, fourmis — j’essaie de pas avoir de parti pris, mais c’est vraiment une belle gang), les coléoptères (coccinelles, hannetons), les diptères (mouches, moustiques) et les lépidoptères (papillons). Au cour de sa vie, l’insecte holométabole traverse quatre stades : l’oeuf, la larve, la nymphe et l’imago. La larve n’a pas grand chose à voir avec l’imago. Tu la regardes et tu te demandes vraiment d’où ça sort.

 

As-tu déjà vu un insecte neuf qui sort de son sarcophage? C’est beau comme dans un film d’horreur. Ne sont-elles pas adorables, ces nymphes d’abeilles toute neuves? [Un dessin adorable de Darnziak.]

Bien sûr, la métamorphose n’est pas si magique que ça. Pour passer à travers toutes ces étapes, la bebitte a besoin d’énergie. Voilà pourquoi la larve mange beaucoup. Et pas n’importe quoi! Sa maman aura d’abord pris soin de pondre tout près de son aliment ou drette dessur. Mes pyrales indiennes de la farine, elles ne pondent pas n’importe où, elles savent que leurs larves devront s’alimenter après l’éclosion et qu’elles n’auront pas l’énergie pour faire le tour de mon manoir avant de trouver du bon menoum de manger. Mes pyrales, elles pondent dans mon garde-manger, parce que leurs larves mangent de la farine (bin oui, toué!) et tussortes d’aliments secs. Et elles cachent bien leurs oeufs parce que j’ai pas encore réussi à trouver ni oeufs ni larves, même après un grand ménage. Tout ça pour dire que la larve ne parviendra pas à l’âge adulte si elle ne se nourrit pas convenablement. Par exemple, Patrick, mon ex-mari, avait ramassé des chenilles dans sa cour d’école à la dernière journée scolaire de sa huitième année du primaire. Il a entreposé son butin dans sa boîte à lunch, puis en rentrant chez lui, il a garoché ça dans la cave pour ensuite l’oublier tout le reste de ses vacances. Quand la maman de Patrick a retrouvé sa boîte à lunch, penses-tu qu’elle était toute émerveillée de voir un essaim de papillons virevoltant gaiement autour d’elle? Non. Sa maman a eu un haut le coeur en voyant la grosse glu noire qu’avaient formée les chenilles mortes.Mortes de faim, les pauvres. Tout ça pour dire que la larve doit bien se nourrir pour arriver à maturité, comme toi les jeunes, alors croque ta vie dans une pomme au plus vite. Go!

Personnellement, j’aimerais vraiment ça que l’humain grandisse en subissant une métamorphose holométabole. Je serais sûrement moins terrorisée par la maternité. Je pondrais une tas d’oeufs. Les survivants deviendraient des larves qui passent tout leur temps à manger et dormir et à PAS crier. Ensuite, j’aurais un break durant leur stade nymphal, puis hop! des grands enfants autonomes prêts à quitter le nid familial. Je trouve ça un peu plate être un mammifère.

 

Larve de Magicicada septendecim

Tu te demandes peut-être quand est-ce que cette larve va enfin se métamorphoser afin de déployer ses ailes et faire entendre son chant mélodieux? Dans dix-sept ans. Ça va arriver, crois-moi.

 

L’imago est pressé par le temps, il a souvent une courte vie. Chez certaines espèces, il ne vit que quelques heures, et il n’a même pas de pièces buccales. Pas besoin, il ne mangera pas. Pas le temps, il doit fourrer et pondre. Car, dans son dernier stade de vie, l’insecte concentre toutes ses énergie à assurer sa descendance. S’accoupler, fourrer, pondre, mourir. Et le cycle recommence. Ça se termine jamais. Les insectes vont toujours exister, que tu le veuilles ou non. Même si tu les trouves gossants ou embêtants ou même carrément répugnants, ils seront toujours là. POUR TOUJOURS.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :