Lettre à un Français sur la crise actuelle

Croyez-le ou non, moi qui suis naturellement si calme, sereine et flegmatique, je suis depuis quelques jours dans un état d’euphorie frénétique s’approchant de la secousse orgasmique, sachant qu’Ed Hardcore se remet à écrire sur ce blogue. Pour souligner l’heureux événement, j’ai pensé vous offrir un court récit mettant en scène Hannah Arendt, un diaphragme, beaucoup de KY et un chimpanzé jouant du banjo. Hélas, j’ai dû vite tempérer mon enthousiasme lorsque j’ai compté le nombre de courriels qui attendent une réponse dans ma boîte de réception. Ce sera donc pour une autre fois – je ne voudrais surtout pas que les internets me prennent pour une fille impolie qui ne pense qu’à se polir la bille.

* * *

De: fabienmorel@auberouge.fr
À: anne@archet.net
Objet: Les anarchistes sont des lâches

Camarade,

En ces temps de crise où le vieux monde est sur le point de basculer (du moins, en France, mais ce je connais suffisamment la situation canadienne pour croire que vous êtes plongés dans le même contexte prérévolutionnaire que nous), je me demande pourquoi les anarchistes sont si paresseux? Historiquement, ils étaient mal avisés, mais au moins ils n’étaient pas aussi lâches et pitoyables qu’aujourd’hui. Emma Goldman, Kropotkine, Bakounine… ils ne passaient pas leur temps à liker des statuts Facebook. Non madame! S’il n’y avait pas de barricade sur laquelle se jeter, ils ramassaient des poutres pour en construire une. Qu’est-ce qui a bien pu se passer? De nos jours, les anarchistes sont si myopes qu’ils ne s’intéressent qu’à leurs histoires d’amour bancales, leurs coopératives d’habitation dysfonctionnelles, leurs macjobs merdiques et leur alimentation vegan. C’est à peine s’ils font encore l’effort de lancer des pavés aux flics pendant les manifs! WTF? Ce n’est pas comme ça qu’on va abattre le capitalisme! Travailleurs de tous les pays, unissez-vous, putain de merde! Bâtissons le parti des travailleurs!

Fabien

De: anne@archet.net
À: fabienmorel@auberouge.fr
Objet: Les anarchistes sont des lâches

Cher Fabien,

Même si à priori j’aurais tendance à croire que vous êtes un marxien – et que, par conséquent, vous ne vivez pas sur la même planète que moi – je dois admettre que je partage votre désarroi. Il y a fort longtemps, lorsque je fus (vigoureusement) intronisée dans l’ordre sublime et mystérieux des anarcho-machin-truc, je me suis dit : « Mais qui sont donc ces gens qui se soucient de leur milieu de vie, de leur emploi et de leurs partenaires de vie?» À les regarder, on aurait presque cru qu’il s’agissait d’«êtres humains» avec des «vies personnelles»… WTF? Moi qui croyais que nous étions tous et toutes censés être des militants d’avant-garde professionnels, des super-soldats sans états d’âme et disciplinés, dédiés uniquement (et robotiquement) à la destruction complète du Système, suivie de sa réduction en fine poudre destinée à remplir les bacs à sable et les cendriers… Ensuite, j’ai finalement compris (en ayant des rencontres du troisième type avec des marxiens) que la révolution est inévitable, inscrite dans les contradictions du mode de production capitaliste, et que ce qu’il nous faut faire, c’est de nous préparer adéquatement pour ce soulèvement armé et/ou cette grève générale qui ébranlera l’Empire sur son socle et nous apportera le communisme, le bonheur et des sous-vêtements propres à perpétuité. J’ai donc décidé de faire comme les autres et organiser des orgies dans des squats autogérés, écrire des slogans plus ou moins spirituels sur les murs, voler du vin à l’épicerie, participer à des groupes de discussion pour femmes bisexuelles sino-québécoises souffrant de myopie et de calvitie précoce et surtout, de porter de la lingerie en chanvre biologique équitable. Ça me permet d’accumuler paresseusement mes forces en vue du Grand Soir.

Bises, camarade, et caressons les parties des travailleurs.

AA.

* * *

De: cute-sorrow@yaourte.ca
À: anne@archet.net
Objet: coucou de Emma

Je suis tombé sur ton site et je veu juste te dire que j’aie beaucoup tes histoire. Moi aussi, je veux écrire plus tard des histoire qui parle de sex jai baucou aimer celle avec le chien s’est hot même si je comprend pas tout les mot mais bon j,avoue je suis juste en secondaire 2. J’ai 13 ans et je reste a Lachute. Ici, les gars sont cons et immature, ils pense juste au hockey au chars et a regarder des video de cul sur l’internet. Moi je trouve sa plate ils sont pas intéressant et il ya po de cégep pret de chez nous so s’est pas facile de rencontrer un vrai chum mature. En tous cas, sa fait que je lis tes histoire et sa me donne plein d’idéee de chose que je pourrai faire quand je vas en avoir un. Et je pense peu etre avoir moi aussi un blog avec des histoire. Toi, quand esce tu as commencer a écrire? Tu avait quel âge? Es -ce que s’est tout vrai ce que tu dit? Avaiit tu un chum qui allai au cégep quand tu avais mon âge? Et es -ce que sa t’excit de le écrire ton blog? Parce que moi quand je le lis je mouille baucou.

De: anne@archet.net
À: cute-sorrow@yaourte.ca
Objet: re : coucou de Emma

Chère Emma,

Il y avait longtemps que je n’avais pas fait de crise d’angoisse et je vous remercie de m’avoir donné l’opportunité de replonger dans l’enfer du diazépam. J’essaie de ne pas trop penser à l’évidence que de jeunes personnes telles que vous, à peine sorties des brumes de l’enfance, s’exposent aux obscénités qui tapissent mon blog depuis une décennie. Quand je pense que vous n’avez que sept ans de plus que ma propre fille… ça y est, il faut que je prenne un autre cachet.

Ouf, me voilà rassérénée. En réponse à vos questions, j’ai commencé à écrire très tôt. Je tiens mon journal intime depuis que j’ai sept ans et je me suis mise à écrire des cochonneries à douze, après avoir trouvé des romans érotiques de Pierre Louÿs et d’Apollinaire dans la bibliothèque de mon grand-père. Je n’avais pas d’amoureux qui allait au cégep à votre âge, mais j’ai toutefois eu pour amant un professeur de philosophie qui enseignait à mon cégep quand j’avais seize ans. Évidemment, tout ce que j’écris ne m’est pas réellement arrivé, sinon j’aurais déjà baisé avec Dieu et un homme de trente centimètre qui vit dans une boîte à chaussures sous mon lit. Par contre, il est vrai qu’écrire me met dans tous mes états – surtout la phase liquide; c’est de me relire et de corriger mes fautes qui m’emmerde.

Je vous fais la bise avant d’aller vérifier le logiciel de contrôle parental de mon ordinateur,

AA.

* * *

De: greg.leblanc@ottawahospital.on.ca
À: anne@archet.net
Objet: as tu des petits seins????

Bonjour jolie femme je suis safe et clean j’ai 28 ans je suis 5’10 et j’ai 8′ ‘ cut j’adore les petits seins les gros aussi c’est ok je vais te donner de l’oral tu auras rien à faire en retour je ne peux pas recevoir alors chez toi ce serait cool envoie moi ta photo merci

De: anne@archet.net
À: greg.leblanc@ottawahospital.on.ca
Objet: re : as tu des petits seins????

Il y avait un village où vivait un homme qu’on appelait l’écrivain car on le voyait chaque jour au café en train d’écrire dans un grand carnet les gens le taquinaient et lui disaient « quand est-ce que tu nous feras lire ce que tu écris» et lui il répondait toujours «bientôt bientôt » et ça durait ainsi depuis des années jusqu’à ce que le type meurt alors bien sûr après l’enterrement tous les gens du village ont voulu savoir ce qu’il y avait dans le gros carnet de l’écrivain ce qui fait que le maire du village organisa une lecture publique dans la grande salle de la mairie mais lorsqu’il commença à lire son visage devint rouge il se mit à suffoquer et tomba raide mort évidemment tout le monde fut en état de choc surtout que tous ceux qui par la suite essayèrent de lire le carnet de l’écrivain connurent la même fin atroce toujours le visage empourpré suivi d’un étranglement et la cyanose si bien que le chef de police prenant son courage à deux mains a fini par dire à ses lieutenants les plus baraqués « je vais lire ce foutu carnet et lorsque vous verrez que je suis sur le point de crever arrachez-le de mes mains comme ça on aura finalement le cœur net bordel de merde » ce qu’il firent et lorsque le chef de police eut enfin repris son souffle les deux sous-fifres lui demandèrent « Alors chef qu’est-ce qu’il y a de si terrible dans ce carnet » et lui au bord de l’apoplexie répondit « y’a pas de points ni de virgules »

Bises,

AA.

Publicités
Comments
12 Responses to “Lettre à un Français sur la crise actuelle”
  1. Stéphane Ranger dit :

    ;)

  2. Lora Zepam dit :

    « Mille fuck you, ponctuation! » -Mathieurseno

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :