Entrevue avec Catherine Cormier-Larose pour le Festival Dans ta tête

 Du 6 au 17 mars 2013. Le festival Dans ta tête, on est en plein dedans. Juste pour toi, j’ai questionné la femme derrière ce beau projet mongole, Catherine Cormier-Larose, afin de te faire découvrir cette continuité du off-FIL que tu veux pas rater. L’entrevue s’est déroulée au Cheval blanc, juste après la soirée d’ouverture (1) que j’ai manquée. On a fait les tests de son en faisant roter Catherine dans l’enregistreuse. On se trouvait pas mal pro.

Lora Zepam : Bonjour Catherine.

Catherine Cormier-Larose : Bonjour Sophy! [C’est quand même rare que le monde m’appelle Lora Zepam en personne, tsé.]

L. Z. : J’aimerais ça que tu me parles du festival Dans ta tête, que tu me dises d’où ça vient.

C. C.-L. : Le festival Dans ta tête, c’est un nom qui m’est venue en brainstormant.

L. Z. : Dans ta tête? (lol)

C. C.-L. : Oué! En brainstormant avant Amélie Lamy-Beaupré, la fille qui a fait le logo. Je voulais appeler ma boîte de prod comme ça, mais ça fait longtemps qu’elle existe, tout le monde la connaît sous le nom des Productions Arreuh, et quand j’en ai parlé à quelques personnes, ça les branchait pas. Ça fait qu’on a décidé de pas changer le nom de la boîte de prod, mais de garder le nom Dans ta tête pour le festival.

danstatete

L. Z. : Pis en même temps, un festival Arreuh, j’sais pas, han. Non?

C. C.-L. : Ça a l’air d’un rot mal placé.

L. Z. : Parlant de rot, en as-tu un autre qui s’en vient?

C. C.-L. : Bin oui! … Burp. Et voilà!

L. Z. : Ah, yé pas pire! Pas pire! Garde-z’en un pour la fin.

C. C.-L. : J’ai soupé au pop corn.

L. Z. : Ouin, ça sent. Je pensais que c’était l’odeur du Cheval blanc, mais c’est toi qui sens le pop corn! Bon, parle-nous de la soirée d’ouverture du festival Dans ta tête.

C. C.-L. : Douze poètes, tous plus fous les uns que les autres, de Québec, de Trois-Rivières, de Rimouski, de plein de places, pis ça finissait avec un magnifique show de FullBlood.

L. Z. : Bin oui, je suis arrivée juste après, pis j’ai vu du monde beurré de sang, dont toi, t’en as dans la face.

C. C.-L. : Exact. Ça sèche, ça croûte.

L. Z. : Qu’est-ce que t’as fait avec FullBlood, coudonc?

C. C.-L. : À vrai dire, les gars me l’ont mis dans la face avec leurs mains, mais vous pouvez pensez autre chose.

L. Z. : OK. On pense PLEIN D’AFFAIRES.

C. C.-L. : FullBlood c’est un band francophone de Trois-Rivières qui fait un espèce de punk garage hardcore trash. Les poètes en revenaient pas.

FullBlood

Sébastien Dulude, de FullBlood. Photo : Mathieu Poirier.

L. Z. : Est-ce que FullBlood faisait l’accompagnement musical aussi?

C. C.-L. : Les poètes ont pas voulu…

L. Z. : Hon, y’avaient peur?

C. C.-L. : Absolument.

L. Z. : Ah les osseties! Ha ha!

C. C.-L. : Le show d’ouverture est né d’un concept que j’ai travaillé avec Marie-Charlotte Aubin et Poème sale pour le FAST, le Festival d’art émergent de Sorel-Tracy. On était allés au FAST cet été avec ce projet-là, donc FullBlood et quatre poètes. Ils nous avaient mis dans un resto-café avec des madames qui mangeaient des pâtes Alfredo.

L. Z. : Yes!

C. C.-L. : Les gars de FullBlood jouent bedaine, recouverts de sang, pis nous autres les poètes on s’était donné une thématique de la surconsommation, pis on parlait juste de grosses madames qui bouffent de la shit…

L. Z. : Woah!

C. C.-L. : En à peu près 25 secondes — le café devait contenir 50-60 personnes — il restait deux personnes, pis c’était mon ami Simon pis sa blonde.

L. Z. : Non!

C. C.-L. : Absolument. On a VIDÉ la salle. Ça fait qu’on s’est dit « ouh! Peut-être qu’on va vider le Café Chaos? », mais le monde était tough! Tough crowd!

Vincent Couture. Photo : Mathieu Poirier.

Vincent Couture. Photo : Mathieu Poirier.

L. Z. : Aon! Et la prochaine soirée qui s’en vient?

C. C.-L. : C’est le mardi 12 mars, c’est un projet de Stéphane Larue. Le grand, le beau, l’intelligent, le magnifique Stéphane Larue.

L. Z. : Notre Mercenaire! Paraît qu’il y a pas mal de filles… yé spotté…

C. C.-L. : Oui.

L. Z. :  Mais c’est pas de ça que je voulais parler. Faque là le prochain show, qui est animé par Larue, c’est Gang de truands (2).

C. C.-L. : Gang de truands, oui.

L. Z. : J’ai vu dans la liste qu’un des lecteurs est un ancien participant de Terreur Académie… 

C. C.-L. : Antoine Lussier. Ensuite il y a le nouveau sur Terreur Terreur guy, Hugo, pis Ed Hardcore, Sébastien Chabot, Martin Ouellet, François Rioux, Raymond Bock, bref, des beaux beaux gars, méchants à part de d’ça. Ça non plus ça fera pas dans la dentelle (à moins que quelqu’un en bouffe… Longue histoire).

L. Z. : Alexie Morin sera pas là?

C. C.-L. : Non, Alexie c’t’une fille.

L. Z. : Je sais bin, mais je me disais qu’Alexie pouvait bin lire dans une soirée de gars…

C. C.-L. : Non, Alexie elle lit le 15, pour le show qui s’appelle Les anges de la rénovation littéraire, qui est basé sur le show de télé, où des auteurs retravaillent des vieux livres dégueulasses, pis ils les retapent. Alexie Morin, Patrick Brisebois, William S. Messier, Jonas Lafleur, Fabrice Masson-Goulet.

L. Z. : C’est un concept d’Érika Soucy?

C. C.-L. : Exact.

L. Z. : Elle a toujours des idées de fous, elle, han?

C. C.-L. : Ouais!

L. Z. : J’aime ça.

C. C.-L. : Là, on devrait peut-être pas le dire publiquement, mais on va le dire pareil, Érika travaille sur un concept de bios d’auteurs qui sont tous membres de l’UNEQ. Des vraies bios d’auteurs…

[Là, ça rit fort dans l’enregistreuse.]

L. Z. : Ossetie!

C. C.-L. : Écoute, elle m’en envoie des extraits par texto, pis ça fait trois semaines qu’on se pisse dessus.

L. Z. : Bin voyons donc. Vous baignez dans votre pisse depuis trois semaines à cause de ça? Oh wow… Venez au Café Chaos le 15, ça va sentir la pisse, pis ça va être drôle!

C. C.-L. : Ça sent déjà la pisse. C’est comme un principe du Café Chaos.

Marc-Antoine K. Phaneuf. Photo : Mathieu Poirier.

Marc-Antoine K. Phaneuf. Photo : Mathieu Poirier.

L. Z. : Et le dernier show?

C. C.-L. : La finale du festival Dans ta tête, c’est le fabuleux gala de l’Académie au tournant du 21e siècle de la vie littéraire. Mathieu va me tuer, mais j’imagine que tu vas le replacer dans le bon ordre?

L. Z. : Nenon, j’pense que tu l’as pas pire.

C. C.-L. : Non, c’est le gala de la vie littéraire au tournant du 21e siècle (3)… « ÇA », c’t’affaire-là… On continue d’avoir des cartes d’auteurs cette année!

banniere-gala2013 (1)

Le galaaaaaa. Affiche : Mathieu Arsenault.

 

L. Z. : Faut pas le manquer! C’est le SEUL gala littéraire au Québec au moment où on se parle.

C. C.-L. : Oui. Le monde est tellement énervé qu’on fasse ça. Un de mes poètes préférés depuis longtemps, un Canadien qui habite à Toronto, Stuart Ross, pendant des années il a vécu en vendant des chapbooks pis des zines sur la rue. Pas de job steady, il faisait que de la poésie. C’est lui qui a inventé le Zine Fair à Toronto. Je pense que l’Expozine est née un peu de ces projets-là. J’ai dit à Stuart que son dernier livre est merveilleux, que ça fait longtemps que je suis ce qu’il fait, pis qu’on fait un gala. Pis le bonhomme s’en vient, là.

L. Z. : Il va venir de Toronto?

C. C.-L. : Absolument.

L. Z. : Oh wow!

C. C.-L. : Yé comme « vous faites un gala littéraires!? Vous me faites une carte d’auteur!? ». Yé déjà dans l’autobus.

L. Z. : François Blais reçoit un prix lui aussi, mais on sait pas s’il va être là.

C. C.-L. : Je pense pas…

L. Z. : Il va peut-être être là, mais on le verra pas! Il va être caché. Avec sa tuque.

C. C.-L. : Peut-être qu’il va être déguisé. Moi aussi je viens de la Mauricie, pis on a vraiment le sens des costumes.

L. Z. : Il va être déguisé en « pas Mauricien »… Là, on peut pas dévoiler tous les lauréats, han?

C. C.-L. : Ah, bin oui on peut! Pour Terreur! Terreur! Une de nos trouvailles cette année : on voulait souligner le printemps passé au Québec. On a regardé ce qui s’est fait, et il y a eu beaucoup de projets artistiques, mais peu de projets littéraires. Il y a eu Fermaille, qui a été vraiment important, mais c’est réédité chez Moult Éditions, qui sont des amis et qui ont eu des prix l’année passée. Pis on est tombés sur une brique… LA brique (4). Une brique que des gars ont boltée. Y’ont bolté leur livre dans une brique! C’est un essai sur ce qui s’est passé au printemps, mais un essai vraiment trash, un essai des premières lignes. T’as du stoffe dans face pis dans le nez tout le temps pis t’essaies de continuer, là. Les bandes-dessinées de Nicolas Lachapelle sont merveilleuses. C’est minuscule, c’est en tout petit format, mais c’est juste frappant.

L. Z. : Cette brique-là est en édition limitée?

C. C.-L. : Dix.

L. Z. : Ouin, t’es pas mal chanceuse! Bin, est-tu à toi la brique?

C. C.-L. : Non, on l’a volée à Shawn Cotton.

L. Z. : Vous l’avez volée!?

C. C.-L. : On y dit : « Heille Cotton, si on te donne un prix, faut que tu nous passes ta brique, sinon t’as pas d’prix câlisse! »

L. Z. : Ossetie que j’aime ça. Ha ha! Là, y’a d’autres lauréats, mais on va les garder pour la surprise.

C. C.-L. : On en a déjà dit trois de trop!

L. Z. : Mathieu [Arsenault] nous a promis, sur la belle affiche qu’il a faite, du « braillage ému ». Ça a fait jaser.

C. C.-L. : Moi j’pense que ça va être Arsenault qui va faire le braillage ému!

L. Z. : Aw! Moi aussi je pense que oui, pis là ça va faire un effet domino, mais, ça nous empêchera pas d’avoir du vrai gros fonne, à chaque fois c’est l’fonne.

C. C.-L. : Absolument pas!

L. Z. : Cette année encore, il y a Propofol qui fait l’accompagnement musical et un show.

C. C.-L. : Oui, et il y a DJ Annie Q qui close la soirée en DJ merveilleuse qu’elle est.

L. Z. : Oui, moi je fais totalement confiance à Annie Q.

C. C.-L. : Pis le Lambi nous mettra pas dehors à une heure.

L. Z. : Non han! Crisse… Vous faites pas le gala au Café Chaos, han?

C. C.-L. : Non!

L. Z. : Mais pourquoi vous avez choisi cette place-là?

C. C.-L. : Parce que c’est un partenaire depuis le début du Off-FIL, et ça avait beaucoup de sens de le faire là, dans le Quartier Latin, la seule place un peu underground pour un festival underground en parallèle du FIL. On a décidé de continuer ce partenariat. Mais moi je caresse le projet fou de déménager le festival Dans ta tête dans Hochelag. J’attends juste la salle.

L. Z. : T’as pas peur que ce soit un peu plus difficile de traîner le monde là?

C. C.-L. : La plupart des poètes habitent déjà là.

L. Z. : C’est vrai, sont tutes pauvres. Tantôt on a vu Shawn Cotton ramasser la bouteille vide que Mathieu avait sacrée dans une poubelle.

C. C.-L. : Exact. Mais le déménagement va se faire dans quelques années, parce que ça prend une salle d’une assez bonne capacité, et qui revient pas trop cher non plus.

L. Z. : Ouais. Ça doit pas être très rentable, un festival de poésie.

C. C.-L. : Nope! C’est le Festival de l’argent perdu.

L. Z. : Mais c’est un bel investissement!

C. C.-L. : Oui. Le Festival de l’argent investi?…

Pierre Brouillette-Hamelin, de FullBlood. Photo : Mathieu Poirier.

Pierre Brouillette-Hamelin, de FullBlood. Photo : Mathieu Poirier.

L. Z. : Heille! On oublie une chose! Les micro-revues!

C. C.-L. : Justement, parlons-en des micro-revues! Les gens trouvent qu’il y a un gap dans la programmation du festival. Pourquoi le show d’ouverture est le 6 mars, pis le prochain show est le 12? C’est parce qu’on fait un partenariat avec Under the Snow, le festival Sous la neige, qui va fêter ses dix ans l’année prochaine. C’est aussi un festival underground, je l’aime beaucoup. C’est Jeff Rioux qui organise ça, et je voulais lui laisser l’espace — lui il fait ça du 7 au 10 mars — et je vais faire de la pub pour ses shows. Il y a deux à quatre shows par soir. À la Casa del Popolo, à la Taverne Jarry, à la Sala Rossa et au Quai des brumes. Pis durant la fin de semaine, c’est le Salon du disque et des arts underground de Montréal.

L. Z. : Oui! Je vais être là avec Darnziak! Mais vous avez pas inclus ça dans votre programmation officielle du festival Dans ta tête?

C. C.-L. : Non. C’est un partenariat. Il touche pas à ma programmation, je touche pas à la sienne. Pour le moment on fait juste un échange de pub, mais c’est un projet pour les années à venir. Un show commun, j’sais pas quoi…

L. Z. : Oh, c’est un beau projet à suivre. Et les micro-revues que tu fais en ce moment, tu vas les vendre à l’Expozine 2013?

C. C.-L. : Oui. Ça nous laisse le temps de les monter. C’est la quatrième année qu’on fait ça. Toujours cinq micro-revues par année, par des directeurs littéraires différents. La première, par Mayra Bruneau Da Costa, sort le 8 mars. Mayra est une jeune poète et danseuse contemporaine, et je pense que ça va être bin exalté. La deuxième sort le 10 mars, par Guillaume Houle et Jonathan Reynold. C’est un pari que Larue m’a lancé parce que je lui disais que je connais les gars des Six Brumes, pis Larue disait qu’ils auraient jamais le guts de travailler avec moi parce qu’ils haïssent la poésie. C’est une maison de S-F, fantasy, fantastique, etc. Après ça, il y a Poème sale qui en fait une; Isabelle Dumais, une fille de Trois-Rivières, poète et artiste visuel, en fait une aussi; et Geneviève Morin, qui est une poète de Québec.

L. Z. : Excellent. On va les avoir en ligne sur le blogue des Productions Arreuh? Pis il va y avoir une version papier à l’Expozine?

C. C.-L. : Exactement. Pis c’est les directeurs littéraires qui vont choisir le format.

L. Z. : Ils ont carte blanche?

C. C.-L. : Oui. Celle de Vickie Gendreau était dans une boîte de VHS. Celle de Marie-Ève Turgeon dans une passe de show VIP, c’était un tout petit format; celle de Kim Doré est montée sur des tissus. Y a plein de styles différents.

L. Z. : Il en reste encore?

C. C.-L. : Oui!

L. Z. : Aon! On peut donc se faire une collection!

C. C.-L. : Oui!

L. Z. : En tout cas, tu m’as convaincue de pas manquer les autres shows, cette fois je vais arriver à l’heure. As-tu des potins?

C. C.-L. : Une des choses plaisantes quand on booke ce genre d’événements, c’est que tu réussis toujours à avoir ta salle à tarif réduit, parce que tu dis « non mais tu comprends pas, c’est des shows de POÉSIE » pis sont comme « AAAH, des poètes! ». Parce que les poètes, ça fait pas de marde, ça pisse pas dins coins…

L. Z. : Ah, ça dépend qui… 

C. C.-L. : Habituellement ça chie dans la toilette. Habituelle ça cache pas de la bière dans son sac…

L. Z. : Hum, ça dépend qui… Tout ce que tu viens de me dire là, je pourrais réfuter ça facilement. 

C. C.-L. : He he he… Mais ils boivent, ils BOIVENT. Ce qui fait que les bars sont comme « ouh! De la poésie! ».

L. Z. : Même si y’ont pas d’argent, les poètes boivent.

C. C.-L. : C’est toujours quelque chose qui m’a impressionnée.

L. Z. : Moi, en tout cas, j’encourage les gens à contribuer à la survie des poètes en leur payant de la bière. Pis en leur donnant des bouteilles vides.

C. C.-L. : Ha ha!

L. Z. : Merci beaucoup Catherine, c’est très gentil.

C. C.-L. : Merci!

L. Z. : Un p’tit rot avant de finir? En as-tu un qui s’en vient?

C. C.-L. : Ah non. J’pense que non.

L. Z. : Veux-tu qu’on l’attende?

C. C.-L. : Burp.

Natasha_Kanape_Fontaine

Natasha Kanapé Fontaine. Photo : Mathieu Poirier.

(1) Viens! On te trashe ton Chaos! avec une belle batch de poètes : Maryse Andraos, Astrid Apissoghomian, Marie-Charlotte Aubin, Marc-André Casavant, Véronique Cyr, Shawn Cotton, Vincent Couture, Charles Dionne, Natasha Kanapé Fontaine, Jonathan Lamy, Bertrand Laverdure, Daniel Leblanc-Poirier, Marc-Antoine K. Phaneuf et Yan St-Onge. La soirée s’est terminée avec un show de FullBlood, pis j’ai trouvé des traces de sang un peu partout le reste de la soirée.

(2) Avec Raymond Bock, Edouard H. Bond, Sébastien Chabot, Stéphane Larue, Antoine Lussier, Martin Ouellet, François Rioux et Hugo D. Sémillant.

https://www.facebook.com/events/425530190863794/

(3) En fait, on devrait dire « l’Académie de la vie littéraire au tournant du 21 siècle ».

(4) Pavé et mémoire, de Nicolas Lachapelle et Geoffroy Delorey.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :