Le Mausolée des matins blêmes – Frédérick Durand

Poche, c’est ainsi qu’on peut décrire la vie d’Alain Dupont là où il en est. Ça va mal pour lui (et ça ne va pas aller en s’améliorant, croyez-moi). Désargenté, tirant le diable par la queue, il en a plein le pompon de gratter sa guitare dans des bars minables où les saoulons ne daignent … Lire la suite

728 ou la communauté de la haine

C’est le retour de la 728. Celle dont le matricule précède le nom. Cette fois elle est sujet à des enquêtes internes qui n’auraient – à ce qu’on dit du moins – rien à voir directement avec le conflit étudiant et lesdits carrés rouges joueux de guitare. Mais rien n’y fait.  Et comme prévu le … Lire la suite

Il n’y a pas de communiste au Québec, oubeudon pas tant que ça

Nous sommes en juin 1848, Paris se soulève et je suis Flaubert. Je suis prétentieuse de même. Mais, alors que Montréal bouille, que je suis de toutes les manifestations ou presque, je n’en demeure pas moins le témoin de l’échec à venir. Vous allez me dire que je suis pessimiste, je vous vois venir, soit. … Lire la suite

Je suis coupable d’incitation à la manifestation et je m’assume

En raison de mes textes prenant position sur la crise que vit le Québec actuellement, je pourrais être accusée d’incitation à manifester. Parce que je m’oppose aux politiques gouvernementales en matière d’éducation, on pourrait juger que mes entrées de blog sont des activités illégales. Cela s’appliquerait à tous ceux et celles qui ont écrits pour … Lire la suite

Stratégies fascistes dans la gestion de crise au Québec

Vous me direz que j’exagère. Que j’ai atteint le point de Godwin. Que Charest, ce n’est quand même pas Hitler. Je vous répondrai de me laisser procéder à l’épreuve des faits en m’accordant le bénéfice du doute. Je vous signalerai que nous ne sommes pas dans un débat à proprement parler et que je n’utilise … Lire la suite

Écrire l’abject ou le moi déshumanisé

Le texte ci-dessous est un extrait de la conférence que j’ai donnée lors d’un colloque sur le Kitsch et le Trash à l’Université de Montréal en 2008. Le concept de kitschité s’est développé parallèlement à ce qu’on appelle un art de mauvais goût ou, plus précisément, la culture de masse, c’est-à-dire une production artistique industrielle … Lire la suite