L’année de la Licorne

But I won’t cry another tear For all the pain we saw last year The River, Chromatics. C’est l’heure des bilans. Je ne crois pas aux horoscopes mais je pense que l’année qui s’achève s’inscrit sous le signe de la Licorne. Le signe, oui. Celui d’une licorne bien spéciale. C’est elle qui va me faire … Lire la suite

Idées pour un blues ou En attendant Apophis (lu par Le Mercenaire lors de la soirée Gang de Truands)

Après s’être concertée, l’équipe de Gang de Truands a décidé de publier l’entièreté des textes lus lors de sa soirée éponyme – le 12 mars 2013 au Café Chaos –  sur Terreur Terreur. Le Mercenaire ayant donné le feu vert, l’embuscade sera donc tendue au détriment des bonnes mœurs. Et du coup M. Gregor et … Lire la suite

Pour essayer d’en finir avec la pureté linguistique

Le mois de janvier n’est pas fini. On peut encore se formuler des résolutions de dernière minute. Mais faudra les tenir, celles-là. Et la mienne est toute simple : je veux qu’on en finisse avec le concept de pureté. Une bonne fois pour toutes. Hier j’ai trébuché sur l’article de Mélanie Robert et j’en ai presque … Lire la suite

«In the age of social media, cleverness is the new gold rush»

Je l’avoue : j’ai un problème avec le cool. Mais peut-être plus avec la forme d’ironie que ça implique, avec l’attitude que ça engendre. Je ne voyais pas l’intérêt d’écrire là-dessus ni d’en faire un statement. Mais ça me pesait. Surtout depuis que cet article-là m’était passé sous les yeux. L’article mettait pas mal le doigt … Lire la suite

De l’émulation

Ce jour-là, au début des années ’90, on se trouve dans les locaux d’un studio. Bruce Dickinson est pris de panique. Il attrape le batteur Nicko McBrain, je crois, et lui fait écouter un démo-tape de Dream Theater, celui sur lequel était probablement enregistré l’ébauche d’Images and Words, l’album de Dream Theater qui a propulsé … Lire la suite

Le bassment de l’enfer.

Filet mignon gone wrong. Le chocolat au piment d’Espelette est en morceaux et copeaux sur la petite planche à découper en bois. La petite planche est beige. Ma main, elle, est rouge, dedans le, badigeonnée de rouge. Va surement boursouffler. Putain de symétrie corps et esprit des obsessions. Tout me revient en flashs. L’herpès lumineux … Lire la suite