Le Décamoron – épilogue

Florence, décembre 1348  Très chère contessa di Latrique, Je sais, vous devez être morte d’inquiétude après toutes ces journées sans recevoir de mes nouvelles. Je vous rassure tout de suite, je vais bien et surtout, ce qui devait être fait a été fait. J’espère que vous saurez un jour trouver dans votre cœur la mansuétude … Lire la suite